Cheminement Études

Conseils quotidiens pour mieux mémoriser

HNCK7802
Écrit par Frédéric

Comment mémoriser les dates?

Le cerveau n’est pas fait pour mémoriser des numéros, mais il n’y a pas 36 solutions : il faut les apprendre par cœur.

Nous vous conseillons de vous concentrer sur l’apprentissage d’une liste de grandes dates repères qui jalonnent l’Histoire (découverte du Québec, fondation des grandes villes, révolte des patriotes, etc…) Vous ferez ensuite moins d’erreurs lorsque vous devrez vous souvenir de dates plus précises.

Apprendre des informations complètes.

Sans le savoir, vous utilisiez enfant des procédés mémotechniques avec des comptines comme : « une souris verte, qui courait dans l’herbe… ». Une méthode très courante consiste à créer des mots avec les premières lettres ou syllabes d’une liste ou des termes d’un texte.

Sur le plan de la mémoire, il s’agit d’un plan de récupération, mais cette méthode fonctionne uniquement si les mots à retenir sont déjà connus. ALSAMA, par exemple, sert de mot-clé pour se souvenir des trois prairies du centre du Canada, d’ouest en est : ALberta, SAskatchewan, MAnitoba.

Une expérience menée en 1969 montre que « l’histoire-clé » peut aussi se révéler une technique très efficace. Il s’agit, pour retenir une liste de mots, d’inventer une histoire qui relie les différents termes de la liste. Dans une expérience, le groupe qui a utilisé cette méthode a obtenu un taux de mémorisation de 93 % contre 13 % pour le groupe qui n’avait reçu aucune instruction.

La musique m’aide à étudier. Est-ce-que ça marche vraiment?

Des expériences ont montré que des bruits simples (circulation ou aspirateur) ne gênent pas afin de mémoriser. C’est la même chose pour la musique classique ou jazz. En revanche, dès qu’il y a des paroles, il y a une baisse de l’efficacité de 40 % ou plus. Les mots lus sont analysés dans la mémoire, comme les mots entendus dans les chansons.

Quels moments de la journée sont les meilleurs pour réviser?

Il existe deux principaux pics d’apprentissage. Le premier intervient le matin, vers 9-10 heures. Il faut un peu de temps à l’organisme pour se réveiller. Nous rencontrons une baisse de productivité juste avant le dîner, vers midi. Puis, après le dîner, notre organisme se met en mode « digestion », donc est peu productif. Le deuxième pic d’activité se produit à partir de 15h00 jusqu’à 17h00. C’est à ce moment-là que nous travaillons le mieux.

Toutefois, l’être humain peut s’adapter à tout. Si vous habituez votre organisme à mémoriser le soir après le souper, vous serez performant à cette heure-là. Pour que le conditionnement soit efficace, il faut que le rythme de travail soit régulier, c’est-à-dire il faut travailler tous les jours à la même heure.

Quand faut-il réviser son nouveau cours?

Quand on sort du cours, il est nécessaire de se détendre pour reposer ses neurones. Vous pouvez regarder le Trône de fer, manger, parler avec des amis, lire, jouer. Remettez-vous ensuite au travail. L’essentiel est d’avoir un rythme régulier et un cadre structuré.

Le meilleur endroit pour mémoriser est un endroit calme. Une fois qu’on a appris, il peut être bon se retrouver entre amis et de se tester, de se poser des questions à tour de rôle.

Je révise, mais pendant mon examen j’oublie tout.

Il se peut que l’apprentissage n’ait pas été assez efficace. Instaurer des périodes de repos donne de meilleurs résultats que l’apprentissage d’une seule traite (technique du 15/15/30). Le cerveau a besoin de temps et de sommeil, en particulier pour consolider les acquis.

Il se peut aussi que l’information apprise ait été parasitée par une conversation juste avant l’examen. Heureusement, il suffit de quelques mots-clés pour faire ressurgir l’information stockée de la mémoire.

Alimentation et mémorisation?

Il est important de bien s’alimenter. Les neurones qui « poussent » ont besoin de protéines (viande, poisson, œuf), mais aussi de tous les nutriments essentiels, lipides, sucres lents (pâtes, frites, banane…), vitamines (nourriture variée) et minéraux (chocolat).

Beaucoup d’autres aliments peuvent être très bénéfiques : http://unimag.ca/2016/04/21/10-superaliment-pour-taider-a-etudier/

À l’inverse, il faut supprimer tout ce qui est nocif pour le cerveau : l’alcool (qui détruit les neurones, la structure qui enregistre les souvenirs), le tabac (qui réduit la fluidité sanguine cérébrale), les drogues y compris le cannabis (qui déséquilibrent les échanges chimiques entre les neurones).

Commentaires

À propos

Frédéric

Je suis passionné par les affaires et les études. Co-fondateur de Unimag, j'aime discuter de nouvelles idées, surtout lorsqu'il est question de changer le monde. Très occupé, je trouve toujours un peu de temps pour cuisiner sur mon BBQ.